Aller au contenu

Historique

CONGRÈS DE WEIMAR (1911)

Sandor Ferenczi (1), Sigmund Freud (2), Carl Gustav Jung (3)

Lou Andreas-Salomé (1), Emma Jung (2), Toni Wolff (3)

Le projet de création de la Société Pan-Canadienne de Psychologie Analytique (SPCPA) fut initié au début de l’an 2023 dans le but de mieux faire connaître dans l’espace canadien la contribution majeure du psychiatre suisse Carl Gustav Jung (1875-1861) au vaste champ à la fois théorique et clinique de la psychanalyse (voir « Histoire de la psychologie analytique« ). Pratiquement, la SPCPA offrira à tous les professionnels détenant un diplôme universitaire de deuxième cycle la possibilité d’entreprendre une formation conduisant à l’obtention d’un diplôme reconnu par l’Association internationale de psychologie analytique (AIPA). Au moment de l’initiative de ce projet, l’AIPA comptait parmi ses membres 77 canadiens dont les « votes » se répartissaient comme suit :

  • 37 de l’OAJA (Ontario Association of Jungian Analysts)
  • 14 de l’AGAP (Association of Graduates in Analytical Psychology)
  • 11 de la WCAJA (Western Canadian Association of Jungian Analysts)
  • 7 de l’APJQ (Association des Psychanalystes Jungiens du Québec)
  • 5 de CGJIZ (C. G. Jung Institute of Zurich)
  • 2 de l’IRSJA (Inter-Regional-Society of Jungian Analysts)
  • 1 de l’IGAP (Independent Group of Jungian Analysts)

Il ressort de ce tableau numérique le fait que la grande majorité des analystes jungiens du Canada se trouvent dans la province d’Ontario, soit là où s’offre, depuis l’an 2000, le seul programme canadien de formation en psychologie analytique, dûment accrédité par l’AIPA. Toutefois, deux autres programmes de formation furent l’objet de démarches, initiées s’une part par les analystes jungiens de la province de Québec (APJQ) et d’autre part par les analystes jungiens de l’Ouest canadien (WCAJA).

En ce qui a trait au projet de création d’un programme de formation par les analystes jungiens de la province de Québec, ceux-ci étaient au nombre de 11, soit un nombre suffisant pour que ce projet puisse être présenté à l’AIPA et faire l’objet d’un vote lors d’un congrès subséquent :  ce qui aurait dû en principe avoir lieu lors du congrès de l’AIPA tenu à Vienne, à la fin d’août 2019.  L’APJQ dut malheureusement renoncer à ce projet, suite à l’adoption par le Gouvernement du Québec de la loi 21 régissant l’exercice de la psychothérapie au Québec. Les membres de l’APJQ qui n’ont pu satisfaire à l’ensemble des conditions formulées dans cette loi ont alors dû, pour poursuivre leur pratique, s’établir dans une autre province du Canada ou dans un autre pays. Ce qui eut pour effet de diminuer le nombre des membres de l’APJQ et de ne plus pouvoir répondre, cette fois, aux conditions posées par l’AIPA pour l‘admission par elle d’un programme de formation.

En ce qui concerne le projet de création d’un programme de formation par les analystes jungiens de la Western Canadian Association of Jungian Analysts, le travail préliminaire sous la forme d’un séminaire sur les « Fondements de la psychologie jungienne » comme condition préalable pour les candidats potentiels à un futur programme de formation a été achevé et le cours a été annoncé. Cependant, le nombre minimum de participants requis pour organiser le cours à cette époque n’a pas été atteint et le cours n’a donc pas eu lieu. L’idée de créer un institut de formation a donc été mise en veilleuse. 

Vu rétrospectivement, la Société Pan-Canadienne de Psychologie Analytique s’inscrit dans le sillon qui fut tracé en 2015, lors de l’initiative prise par les analystes jungiens de la Western Canadian Association d’offrir à tous les analystes jungiens du Canada de participer au symposium devant avoir lieu du 29 au 31 mai de cette année 2015, dans le magnifique parc de Banff, en Alberta. D’après les commentaires et les photos apparaissant dans les archives de ce colloque, en plus des « histoires régionales relatives à la présence des analystes jungiens en Alberta, Colombie Britannique, Ontario, Maritimes et Québec » et des textes des conférences qui y furent données, ce symposium fut grandement apprécié par tous ses participant.e.s et peut maintenant être considéré comme l’heureux précurseur de la SPCPA-

Symposium de Banff en mai 2015. Participant.e.s: John Hoedl (1), Marilyn Conroy, Judith Slimmon, Shirley Halliday, Marlene Brouwer, Tom Kelly (3), Muriel McMahon, Christina Becker, Greg Mogenson, Catherine Ellis (4), Nom non divulgué, Peggy Voth (6), Craig Stephenson, Mae Stolte (5), Chris Wilkes.
Front Row: Beaty Popescu (7), Marcel Gaumond (2), John Betts, Josephine Evetts-Secker. Missing: Zeljko Matijevic.

1. John Hoedl (Co-président de la SPCPA), 2. Marcel Gaumond (webmestre du site internet de la SPCPA/PCSAP) 3. Tom Kelly (Ex-président de l’AIPA), 4. Catherine Ellis (représentante de la Colombie-Britannique), 5. Mae Stolte (représentante de l’Alberta), 6. Peggy Voth* 7. Beaty Popescu (représentante de la Nouvelle-Écosse).

Ajoutons à ces éléments d’histoire le fait que la structure du programme de formation en psychologie analytique devant être offert par la SPCPA fut inspirée par le programme de formation offert par l’Inter-Regional Society of Jungian Analysts (IRSJA) fondée aux Etats-Unis en 1973, en vue « d’apporter C.G. Jung et la formation analytique à des régions des États-Unis en dehors des programmes de formation existants dans les grandes métropoles ». Et il s’avère que plusieurs analystes jungiens et candidats à la formation du Canada, voire aussi du Mexique, ont pu, au fil des ans, devenir membres de cette « société inter-régionale » ou y faire leur formation en psychologie analytique. C’est dire que la SPCPA compte maintenant offrir aux Canadiens – et il était temps ! – les mêmes conditions qui furent offertes par l’IRSJA depuis 50 ans, en date de sa création.

_________________________

*Peggy Voth, de la province d’Alberta, a lu le texte que Daryl Sharp lui avait demandé de présenter sur l’histoire de la psychologie jungienne en Ontario. Marcel Gaumond, Catherine Ellis, Mae Stolte et Beaty Popescu ont lu également, au cours du symposium, le texte qu’ils avaient rédigé sur l’histoire de la psychologie jungienne dans leurs provinces respectives.

__________________________________